Psycho-généalogie

Généalogie vient du grec (genos = race et logos = langage) c’est la recherche d’ascendance d’une personne.
C’est une façon de définir un concept de travail qui naît vers 1989 avec l’école de Palo Alto aux USA, qui se définit autour d’échanges basés sur la communication (thérapie familiale, thérapie brève, etc…) et c’est Anne Ancelin-Schutzenberger qui, avec son livre : « Aïe mes aïeux », développe ce terme de psycho généalogie sous entendant que l’histoire de notre famille peut avoir une répercussion sur notre vie et… notre mort.

C’est une pratique que j’allie depuis plusieurs années à l’astrologie car je considère qu’elles sont extrêmement complémentaires. Nous naissons de nos parents, qui eux-mêmes sont nés de leurs parents, et ainsi de suite. La transmission se fait alors, de la même façon que l’enfant aura le sourire de son père, les yeux bleus de sa grand-mère, il pourra récupérer le caractère d’une arrière-grand-mère rien qu’en portant le même prénom, prénom donné « totalement par hasard » par ses parents. Mais nous savons, vous et moi, que le hasard n’existe pas et on peut parier que cet enfant est déjà investi d’un héritage.

Alors il est important d’oser poser des questions à nos parents, le plus tôt possible, sur la façon dont s’est passée notre naissance, qui était présent, qui ne l’était pas et de pouvoir, dans un premier temps, établir son arbre généalogique sur trois générations, les informations contenues en matière de date de naissance, de décès, des prénoms, des métiers apportent bon nombre d’informations qui constituent parfois une ouverture de conscience.

Il y a toujours quelqu’un dans la famille qui sait, souvent un oncle, une tante. Il est vrai que la prudence s’impose lorsque l’on questionne, mais parfois la parole tue…tue !

“La vie ne se comprend que par un retour en arrière mais on ne la vit qu’en avant”

Sören Kierkegaard