Divers

Le poème du mois

Le poème véhicule, concrétise les mouvements de l’âme de celui qui l’écrit et ainsi active les mouvements de l’âme de celui ou celle qui le lit :

À TOI
À toi, ma femme de fer, dont moi seul connait l’infinie douceur,
À toi, ma flamme intérieure, ma tendre amie, ma sœur.
Je te dédie ces quelques rimes, ces quelques fleurs,
Et ce petit poème à ne pas apprendre par cœur.
À toi, l’oreille de mes pleurs, le pare-feu de mes peurs,
À toi, la voix qui m’apporte chaleur et réconfort.
Je te note sur cette feuille un peu de mon amour,
Témoignage muet de ma ferveur
À toi, ma compagne de toujours,
Que les heures nous soient sombres ou douces.
À toi, qui n’es pas mon épouse
Mais ma partenaire, ma jumelle rousse,
Laisse-moi écrire mes sentiments sans frousse.
À toi qui me tires, à toi qui me pousses.
À toi, je ne voudrais mentir ni te laisser devenir fausse,
Certaines roses,
Jamais ne fanent.
Et c’est ainsi que je te vois, Madame.

Frédéric D.

Extrait du livre : poèmes à l’eau de rose noire.